[./index.html]
[./menu_trek.html]
[./contact.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Lyon
Cassis
Castellane
Lyon


1100 km 

17/26 août

D+ 11 000m

1er jour de trek vélo : 144 km plein sud, direction la mer !

2ème jour : Dieulefit, 98 km un col avec 35 kg sur le vélo, 25 en soute 10 en cabine (chien compris)

3ème jour : petit résumé histoire de montrer aux gentils followers que je suis toujours entier, ma chienne aussi ! 129 km pour arriver dans le Luberon. Demain on devrait voir la mer...

4ème jour : quand j'écris tard, c'est que ça a fini tard, mais toujours debout et entier... ! Bon, en résumé, j'en ai grave chié, mais je sais pourquoi.
146 km, 2000m de dénivelé +, départ à 7h de Bonnieux (Luberon - très joli), puis en gros Aix en Provence, Aubagne, Cassis, la mer donc, puis route des crêtes via le Cap Canaille, un mur de malade à monter, 3 flèches pour les connaisseurs, genre à pied faut des crampons tellement la route est raide, j'ai failli crever. Puis descente à La Ciotat, re la mer donc, là le camping prévu aimait pas l'idée du cycliste solo avec un chien et une tente pour une nuit, 19h VDM, mort de chez mort, vive l'isostar et le coca (et les saucisses frites avec un Magnum en dessert), donc 1h30 de plus pour arriver au circuit du Castellet pour camper, un plateau à 500 m au-dessus de la mer, la fin à fond les ballons dans la pinède au coucher de soleil où y a rien que des pins, montage de tente à la frontale dans des cailloux - le bonheur - et là des voisins de camping tombent du ciel et m'offrent le repas et hospitalité, spaghetti bolo, sûrement les meilleures que j'ai jamais mangées. Bref, 8h30 à pédaler, ça fait la cuisse ferme, mais là ça a besoin d'une grosse douche ! Donc bonne nuit tout le monde, le petit facteur longues distances en à plein le dos !!
5ème jour : dans le timing prévu, Castellet, Brignoles, Cotignac, Aups et les Salles sur Verdon ! 109 km, D+1100m, un col à 800m...
Ambiance comme un lendemain de fête, aujourd'hui j'ai pédalé sur des œufs toute la journée, faut bien payer les œufs cassés la veille... Tendinites cheville gauche et genou droit, c'est con c'est pas du même côté, j'aurais pédalé d'une patte... Mr Niflugel bonjour.

Mais on se laisse pas abattre, le chien est en pleine forme mais elle veut des lunettes d'aviateur ! On a battu un record de vitesse, 56 km/h, dans une descente en épingles, virages genou sorti, déhanchement genre course moto pour faire tourner la Harley, plein gaz en sortie de virages, tout ça avec les moustiques qui s'impactent sur les dents devant une petite file de voiture dubitative sur l'idée de tenter de nous doubler ! Demain c'est les Gorges du Verdon et c'est pas plat !!!

6ème jour : les Gorges du Verdon, rive gauche, Lac de Sainte Croix jusqu'à Castellane, 66 km. J'entends déjà les commentaires... "seulement 66 km ?". (Note : 691 km sur 6 jours, passons...)
Alors, plusieurs cols à grimper dont un à 1200m, mais pour que ce soit parlant pour tout le monde, c'est comme se taper 6 fois la Tour Eiffel (jusqu'à l'antenne tout en haut)... bah c'est fatiguant. Pas d'allusions déplacées, merci.

 cela faut ajouter qu'on a échappé aux vautours et autres aigles hyper trop grands qui font des bruits de planeur, tout bas juste pour pouvoir être shootés à l'iPhone, ou bouffer nos restes. A part ça, le chien et moi, on a doublé un camping-car en descente, mais surtout, juste en haut du dernier col, 2 vrais cyclistes route (sans sacoche...) nous doublent sur le replat avant la descente sur Trigance, héhé bien mal avisés, un vélo de 50 kg ça pousse en descente, même très sinueuse, 61 km/h, ils ont vu passer un teckel à roulettes et un mulet maillot grand ouvert au vent - zooooooom. Et toujours une cheville qui veut rentrer à la maison.

8ème jour : break forcé à Serres, bivouac une journée de plus dans les Hautes Alpes cause gros sale temps pourri, il pleut des seaux et pour les orages on entend le bruit quasi avant de voir l'éclair... Quasi. Donc trop risqué de partir pour deux cols et vu la flotte qu'on s'est pris hier, le chien ne se plaint pas du repos dans la tente après 7 jours et plus de 800 km sur les routes avec un pilote complètement barré.

7ème jour : 122 km, route Napoléon, de Castellane à Sisteron puis Serres dans les Hautes Alpes, ça remonte plein nord.

C'est bête que ce soit un trek solo parce que c'était une journée à creuser les écarts avec les autres vu les conditions ! Pluie la nuit dernière et ce matin à Castellane, le bonheur pour plier la tente et charger le vélo, et y caillait grave en plus. Col des Leques sous la pluie, avec une pause pour laisser passer les vaches. Puis beau temps la journée, ambiance pistard à fond les manivelles en fond de vallée (d'ailleurs si les championnats de France sur piste vélo chargé existait, je ferais un carton) avant que le ciel nous tombe dessus vers 15h, déluge, orages, bizarrement là le trek très sportif a des allures de stage de survie... Mais le chien va bien, elle est - pour l'instant - au sec dans la tente de bivouac pleine de bordels trempés, du pur bonheur. Oui parce que des sacoches étanches n'empêchent pas qu'elles soient trempées en dehors, idem et surtout le cycloteur gaugé de partout. Mais Uli ("Ouli") est restée quasi sèche dans sa boîte !Sinon globalement en bonne forme, 813 km en 7 jours, demain sera sûrement repos forcé cause météo exécrable dans un bled tout humide à 700m, bon... parce que pour rejoindre Grenoble il nous faut passer deux cols donc pas besoin de faire paratonnerre, mais on verra demain !

9ème jour : 162 km, D+1300m, 3 cols. On est d'accord, c'est trop, mais le camping existait plus donc 25 bornes de plus pour le prochain, évidement en haut du colline, ça a fini à 19h.
Ça remonte plein nord, Serres, Col de la croix haute, 10-12 le matin avec un bon gros vent de face en rafales et ça a duré toute la journée.

L'anecdote du jour, Lus la croix haute, reste 6 km de côte, un cycliste course arrive par une route de travers, bonjour, et direct il se colle derrière moi histoire de bénéficier du paravent génial d'un mulet inespéré, et par vent fort à démonter les vaches, ça n'est pas négligeable. J'suis sûr que ce con, s'il avait pu s'accrocher à mon bardas, il l'aurait fait. Du coup ça m'a mis les nerfs, j'ai mis en route la moulinette à grosses cuisses, cadence à 90 tours/min (pour avoir une idée, faut imaginer que j'essaie de démarrer une vieille mobylette, ça fait un peu le même effet), et je l'ai massacré, intentionnellement. Héhé. Il a explosé en deux temps, 1ère accélération pour le décrocher histoire qu'il se bouffe le vent, la 2ème quand il croyait pouvoir revenir. Bref, en haut je l'ai pas attendu ça caillait trop, sinon je l'aurais terminé dans la descente. Ptit con va. Note : il avait pas de sacoches lui, enfin bon je me la racle pas, chacun son niveau. Ok j'arrête. Grenoble, traversée vite fait pour finir un peu au-dessus de Voiron, à Oyeu, dans un génial camping chez des tous-vieux-tous-sympas, 6€75 avec douche chaude comprise, imbattable, le tout stylé vintage qu'on pourrait vendre la faïence à bon prix dans le Marais. Ah oui j'oubliais, pour trouver Oyeu, grosse galère de fin de journée, y avait que des petites routes sans panneau, sans numéro, et plein de gens pour m'expliquer que c'est pas compliqué y a qu'à monter pour aller... en haut, à Oyeu. Sur la carte au final, j'ai fait tellement de zig-zag, qu'on dirait que j'ai tiré des bords comme en voile pour remonter face au vent. Y avait le vent en tous cas. La palme du passant qui m'a aidé revient à un petit vieux tout rond, rouge foncé, je lui demande Oyeu poliment et là lui "ça dépend ! Vous venez d'où ?" - là on notera qu'on s'en tape royal de où je viens pour trouver ce putin de bled, bref - mais je m'exécute "de Serres dans les Hautes Alpes derrière la Croix Haute" et là ses yeux ont gonflé tellement que j'ai cru qu'ils allaient me péter à la gueule. En résumé j'ai rien compris à ses explications, je me suis planté de route, mais j'ai pas oublié sa tronche. Demain c'est la maison !

10ème et dernier jour : et voilà, on est arrivé les 1ers !! Équipage au top, avec mon Husky de compet'.
Journée au soleil, chaud, vent favorable du coup très chaud, 122 km pour finir, des bosses jusqu'à Vienne puis Lyon par le Rhône puis la Saône à remonter jusqu'à Saint Germain au Mont d'Or.
On retiendra un panneau typiquement français (cf photo).

Fin de la boucle, 1100 km sur 9 jours + 1 break orages, dénivelé positif de plus de 11 000 m, plus de 55h à pédaler, quasi 20 km/h de moyenne (ça inclus les visites de villages à vélo...) et 62 de vitesse max. Demain c'est reprise du quotidien des affaires, pour les clients qui patientent, ceux qui couinent, ceux qui patientent pour couiner, ou l'inverse, donc détendez vous, j'suis revenu ! "Oh merde, il est revenu..."Un petit merci pour les gentils followers, surtout ne me remerciez pas pour le tas de photos de touriste à l'iPhone, ça fait des souvenirs !!